Archives de l'auteur: bloge2c

Mon parcours à l’E2C de Vienne

Tout a commencé pour moi le 20 février 2017… je suis arrivée sans trop savoir ce que je voulais faire !

La remise à niveau et pouvoir découvrir des métiers en faisant des stages, je trouvais ça génial !

J’ai commencé par une période d’essai de 5 semaines à l’école, dont 2 semaines de stage.

Le début de la formation se fait par des positionnements de Français, Maths et Informatique, mais aussi par des créations de CV et de lettres de motivation durant un atelier PRO, des cours de sport, nous visitons aussi des entreprises, des structures qui peuvent venir en aide aux jeunes.
Un référent nous est attribué.

J’ai donc effectué mon premier stage dans une parfumerie, j’aimais beaucoup ce domaine mais j’avais plein de choses à découvrir ! Mon stage a duré 2 semaines, et j’ai adoré ! L’équipe avec qui j’ai travaillé était vraiment contente de mon travail, la responsable m’a donc proposé de me reprendre trois semaines (ça tombait pendant la fête des mères) j’ai accepté tout de suite ! Je suis retournée à l’E2C pour une semaine, pour faire le bilan de ce premier stage, la semaine d’après je repartais pour effectuer mon stage de trois semaines. Et là je savais vraiment ce que je voulais faire, j’en étais sûre…  Vendeuse-Conseillère en Parfumerie !

Pour avoir plus d’expérience dans l’esthétique j’ai effectué un stage dans un institut de beauté, que j’ai vraiment apprécié. Puis j’ai regardé les écoles qui proposaient ce CAP, et j’ai trouvé la SEPR de Lyon ! Je me suis donc inscrite pour participer à la matinée de rencontre avec les entreprises qui recrutent, j’en ai rencontré 5. Sur les 5 seulement  3 m’ont rappelée, et une entreprise a retenu ma candidature !

 C’est un  institut de beauté sur Grenoble, ils m’ont proposé de me rencontrer lors d’un entretien. Je me suis donc rendu à cet entretien très stressée et un peu paniquée… L’entretien s’est vraiment bien passé , et la responsable m’a proposé  de m’accueillir en stage pendant  deux semaines et si durant ces deux semaines tout se passe bien et qu’elle est contente de mon travail elle me proposera de  signer mon contrat d’apprentissage…
Je suis donc impatiente de partir pour cette nouvelle aventure qui m’attend, et j’espère avoir un résultat concluant !

Ps : Je tiens à remercier tous les formateurs qui ont été géniaux et particulièrement mon référent !

Mélanie M

Isère Cheval Vert: un retour à la nature.

Les 12 et 13 juin derniers, 3 stagiaires de Grenoble (Lisa, Marius et Kévin), accompagnés de Magali Mangione (référente parcours) ont participé à un stage de débardage dans le Trièves. La forêt de Mens les a accueillis pour une expérience unique, loin de toute civilisation, dans le calme et la sérénité d’un lieu hors du temps.

Le débardage est un métier très ancien qui consiste à transporter du bois après abattage et façonnage depuis le lieu où les arbres ont été abattus jusqu’en bordure d’une voie carrossable.

Mais le débardage, c’est aussi prendre soin des chevaux, les préparer du mieux possible à leur activité de trait, savoir utiliser les guides, positionner correctement le matériel, attacher une charrue… autant de savoir-faire qui nécessitent un apprentissage progressif et complet.

Un simulateur était même à leur disposition pour s’entrainer avant de se lancer pour de bon.

Un stage formateur? A en écouter Lisa, c’est indubitable: « Ces deux journées m’ont permis  de me réconcilier avec les chevaux car j’en avais peur. J’ai compris qu’ils ressentent beaucoup les émotions et surtout la peur ; j’ai réussi à toucher, caresser et brosser un cheval et cela m’a beaucoup apaisée. Le guidage d’un cheval n’est pas facile parce qu’il faut prendre en compte l’humeur du cheval, la bonne position des mains et arriver à se faire comprendre avec une certaine intonation. J’ai beaucoup aimé car j’arrive mieux maintenant à contrôler mes émotions. »

Tout est dit.

DSCN3160

Rencontre avec l auteure Cathy Ytak

Image5Le mercredi 3 mai 2017, dans le cadre du  prix Alizée, nous sommes allés rencontrer Cathy YTAK au collège Ponsard de Vienne. Nous l’avons rencontrée avec des élèves de sixième qui travaillaient sur le roman « La seule façon de te parler » en cours de français.

Cathy YTAK est une auteure française qui écrit des romans pour enfants, adolescents et adultes. Elle a commencé à écrire quand elle était au collège mais n’a jamais publié ses œuvres de jeunesse.  Elle a enchaîné plus tard plein de petits boulots comme aide-ménagère, serveuse, relieuse, garde d’enfants  avant de se mettre à publier des romans. Cette écrivaine traduImage1it également certaines œuvres écrites en catalan. Et elle rédige aussi des livres de cuisine.

Avant de la rencontrer, nous avons lu plusieurs ouvrages de la collection  « D’une seule voix » aux éditions Actes Sud comme  « Pas couché », « Rien que ta peau » et « 50 minutes avec toi » qui nous ont inspiré des questions à lui poser.

Le jour J,  nous avons enregistré l’auteure avec un micro afin de diffuser, après l’avoir monté, le reportage sur la web-radio. Les  élèves de 6ème ont eux aussi posé des questions à Cathy Ytak que nous avons complétées par nos interrogations.

Image4 Image2

SESSION JEU A RIVHAJ

Mercredi 24 mai 2017 10h15

Accueillis à RIVHAJ par 2 responsables, elles nous ont expliqué le fonctionnement de l’organisation qu’est RIVHAJ (Relais d’Initiative dans la Ville pour l’HAbitat des Jeunes).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

 

Puis pour illustrer leurs dires, un jeu de société nous a été proposé.

Jeu de plateau dont le principe est une simulation de budget de la vie quotidienne.

 

 

Déroulement du jeu

-Répartition des familles avec un budget imposéOLYMPUS DIGITAL CAMERA

-Cartes « ! » (soit bonne ou mauvaise nouvelle)

-Cartes « ? » (une question posée sur le quotidien, si nous répondions juste nous avions le droit de gagner du mobilier pour parfaire notre habitation)

-Chaque tour de plateau correspond à un mois de la vie d’une famille, et certaines cases aux dépenses engendré par celle-ci (loisirs, santé, loyer, courses, factures…)

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

 

Le but étant qu’à la fin du jeu nous devions avoir rempli notre intérieur !

L’E2C SONDE LES IMAGES SANS TEXTE

  cvbf

L’Ecole de la deuxième chance de Vienne s’est associée à la 2ème édition de la Biennale «Comme une image» organisée par le réseau des bibliothèques de Vienne. Cette Biennale a pour objectif de faire découvrir aux Viennois des illustrateurs atypiques qui choisissent de créer des albums sans texte en renforçant le côté vivant et le pouvoir narratif de l’image.

Le 9 Mars, nous avons organisé et animé un plateau radio à la médiathèque Le Trente de Vienne. Nous avons invité et  interviewé plusieurs acteurs et partenaires de la biennale : Mélinda Quillet de la librairie Lucioles, Fabrice Matron libraire à Bulles de Vienne, Cyrielle Collin chargée de la programmation jeune public au théâtre de Vienne et Catherine Rollin bibliothécaire jeunesse à la médiathèque Le Trente. Cette interview nous a permis d’en savoir plus sur les trois illustrateurs invités -Emmanuelle Bastien, Nicolas Bianco-Levrin, et Gilbert Legrand-  et de comprendre leur travail. Nous avons aussi pu découvrir toutes les actions mises en place dans les différentes écoles de Vienne depuis Novembre 2016 (atelier avec les illustrateurs, réalisations de contes illustrés, détournement d’objets…) et connaître le programme de la journée du samedi 1er Avril qui était le moment phare de la biennale.gsr

Cette première expérience de la web radio nous a apporté une meilleure connaissance des techniques d’interview et de l’utilisation du matériel : micro enregistreur, prise de son…

Cet enregistrement a été diffusé à la médiathèque Le Trente lors de la journée évènement du 1er Avril et elle est disponible sur le compte Youtube de l’E2C Isère.Nous sommes en train de monter un entretien avec Emmanuelle Bastien, réalisé lors d’un atelier avec des enfants de grande section de l’école primaire de l’Isle, il sera bientôt sur les ondes…

Les Stagiaires de l’E2C de Vienne

dgr

Journée à Terre Vivante !!

IMG_0144

Nous sommes allés jeudi 30 avril 2017 à Terre Vivante.

Comme d’habitude, nous avons retrouvé Geneviève pour de nouvelles aventures…

Dans un premier temps, nous avons dégusté un café au soleil dans le jardin, en réitérant le pourquoi du comment Terre Vivante est née. Quel Régal !

Nous nous sommes ensuite enfouis dans les profondeurs des secrets de Terre Vivante où nous avons pu découvrir les toilettes sèches.

Il en existe plusieurs modèles, le modèle extérieur et le modèle intérieur.

Pour faire simple, les toilettes sèches ne sont ni plus ni moins qu’un toilette à compost. Le but de ces toilettes est de ne pas gaspiller d’eau potable et de pouvoir récupérer les excréments (les selles mélangées à l’urine et aux copeaux de bois) pour en faire du compost.

A la suite de cette aventure nous avons encore une fois été jetés un œil aux hôtels à insectes.

Suite à cela nous sommes allés au poulailler voir les poules pondeuses. La poule est le descendant des dinosaures, cela se remarque à ses pattes écaillées.

Après un passage bruyant de Billy (qui se prenait pour un coq, trop occupé à draguer les petites poulettes (sans réel succès) nous ne savons toujours pas qui est arrivé le premier entre l’œuf et la poule.

Après nous sommes allés manger toujours sur cette terrasse au soleil.

Marina a ému Billy avec l’interprétation de la chanson «  je vole » de Louanne.

Après ce moment « émotion », nous nous sommes dirigés vers les serres pour une première expérience pratique : les semis.

Après quelques explications, nous avons chacun pris un godet et nous avons semé différents type de fleurs tel que des : Ipomées, Zinnias Pepitos, des Capucines, des Cosmos.

Nous nous sommes ensuite dirigés vers le Trafic qui malheureusement n’avait plus de batterie.

Nous sommes allés chercher de l’aide et nous avons pu finalement repartir.

QUELLE JOURNEE !!! MERCI A GENEVIEVE POUR SON ACCUEIL CHALEUREUX !!

Vincent E2C site de Voiron

Visite Alpes Biscuits

bs

 

 

Le 16 mars 2017, les stagiaires de l’Ecole de la deuxième chance, les formateurs et Marie-Cécile AMIOT chargée de mission à Vienn’Agglo, ont  visité l’entreprise ALPES Biscuits, dans la zone artisanale du Rocher à Estrablin.
Nous avons été reçus par le directeur industriel, Jean-Michel ROUSSEAU.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En premier lieu nous sommes entrés dans la boutique d’ALPES Biscuits et un bon parfum de gâteau nous a chatouillé les narines et nous a donné l’eau à la bouche…

Monsieur ROUSSEAU nous a présenté  l’usine ALPES Biscuits qui est une usine de production de biscuits dans laquelle sont fabriqués notamment des madeleines, des sablés, des cakes, des barres de céréales, des nougats, des panettone et des colombes de Pâques.

ALPES Biscuits d’Estrablin est une PME d’environ 20 personnes et actuellement dirigée par Dominique GALLIPPI.

L’entreprise est sous le label AB (Agriculture Biologique).
En effet, ils utilisent des matières premières issues de l’agriculture biologique comme la farine qui provient de la Loire et les œufs qui viennent du Dauphiné.
Certains produits sont importés comme le sucre de canne qui vient du Brésil ;  les figues, les amandes et les abricots viennent de Turquie et la farine kamut, une céréale ancienne,  provient du Canada.
Par la suite nous avons découvert la chaîne de production.
Mais avant d’entrer dans l’atelier de production, les règles d’hygiène sont de rigueur !
Nous devions nous munir de charlotte, de blouse et de sous-chaussures et nous devions nous désinfecter les mains à l’aide de gel hydro alcoolique.
1490109387-wp-20170316-019Tous les employés sont tenus de respecter ces règles au quotidien.

Une fois entrés nous avons vu une pièce où les ingrédients sont pesés, ensuite nous sommes passés par l’atelier de fabrication pour voir la chaine d’emballage. Et nous avons achevé la visite par l’entrepôt.

Les stagiaires ont ainsi découvert le domaine de l’industrie agro-alimentaire et les métiers associés comme boulanger-pâtissier, opérateur d’emballage, conducteur de ligne, préparateur de commandes, comptable, secrétaire …

A la fin de notre visite haute en saveurs, Monsieur ROUSSEAU nous a gentiment offert, à chacun, un sachet avec des barres de céréales aux fruits rouges et un délicieux cake aux châtaignes!

Nous avons aimé cette visite car nous avons été accueillis chaleureusement. Nous avons pu découvrir les métiers qui pourraient nous correspondre et apercevoir une chaîne de fabrication près de chez nous et BIO !!!

images

 

Florian et Siham

Zoom sur les métiers de l’alimentaire à la maison de l’emploi

Zoom sur les métiers de l’alimentaire

à la Maison De l’Emploi

 

maison de l

 

 


 

Présentation

Aujourd’hui, le 14/03/2017 avec l’E2C, nous sommes allés à la Maison de l’Emploi, pour participer à un Zoom sur les métiers de l’alimentation (métiers de bouche, métiers agro-alimentaire)

mid adult female chef in kitchen decorating dish

5 employeurs, une représentante de MFR et un représentant de Pole Emploi nous ont présenté leur entreprise ainsi que leurs activités.


EAG pâtisserie 

Eag patisserie

Gilles COCHET nous a expliqué ce qu’était la pâtisserie, quels étaient les privilèges ainsi que les inconvénients de ce travail comme par exemple les horaires et les avantages de rémunération.

Celui-ci nous a aussi expliqué qu’il recrute entre autres les formations en alternance ainsi que les personnes en condition d’handicap.


Boucherie CLAVEL

Pattisserie

 Pascale Clavel nous a présenté son métier de boucher, les avantages et les inconvénients ainsi que les formations suivantes notamment le BAC Pro Boucherie, le BP charcuterie traiteur et le BM Charcutier.


Alpes Frais Production

Alpe

Emilie Gautier nous a expliqué les différents métiers de l’industrie comme par exemple « Pilote de ligne automatisée » et « opérateur de production »

Et nous a aussi expliqué ce qu’était l’industrie alimentaire (la mutation en un produit finit).


La Ganzetta

pizza

Monsieur GROS nous a raconté son parcours professionnel ainsi que les différents restaurants qu’il a ouvert dans la région Rhône-Alpes en Auvergne.


Biocoop Voiron

biocoop

Jérémy nous a expliqué son parcours comme tous les autres, l’attachement qu’il avait pour son métier de gérant, et pourquoi il le faisait et comment il s’est orienté vers le métier de gérant.

J’ai apprécié cette visite car les personnes présentes nous ont bien présenté tous les métiers et toutes les filières de l’alimentation.

Billy L.

Visite du CLLAJ à l’E2C site de Voiron

Jeudi 26 janvier 2017 nous avons reçu Mathilde du CLLAJ. Elle est venue nous présenter le CLLAJ (Comité Local pour le Logement Autonome des Jeunes)

Le CLLAJ aide les 18-30 ans pour trouver un logement facilement. Matilde, qui fait partie du CLLAJ sur le Pays Voironnais informe et conseille les jeunes sur le logement, elle les aide également pour construire des dossiers de demande de logement.

Elle nous a fait découvrir tout ca sous forme de jeu : le « locaclé ». Et par cette expérience nous avons acquis des connaissances sur comment prendre un logement.

Nous avons eu des informations sur l’acquisition d’un logement, par une agence immobilière par exemple. Nous devons payer les  frais d’agence (1mois de loyer), la caution/dépôt de garantie (un mois de loyer) et payer 1 mois de loyer. Ce qui nous revient à payer 3 mois de loyer. Nous avons aussi parlé de l’assurance habitation nécessaire lorsque l’on prend un logement, et du garant soir une personne de notre entourage soit par des dispositifs tels que VISAL ou AMELIA.

J’ai aimé le jeu car j’ai appris et découvert ce qu’y m’attend dans plusieurs années.

Valentin robert

Une plongée réussie dans le grand bain de la vente

A-la-Une_Afpa
Du lundi 9 au vendredi 13 janvier 2017, j’ ai effectué une semaine d’immersion en formation vente-commerce à l’ AFPA de Vénissieux. Ma tutrice était Mme Grace Da Costa, la responsable des immersions « Déclic pour l’Action » sur le site de Vénissieux.

Durant ma semaine d’immersion, j’ai bénéficié des explications d’une formatrice en commerce qui a précisé à tous les participants, d’une part, comment fonctionnaient les formations à l’AFPA, et d’autre part, quels étaient les comportements et le langage à adopter face aux clients. Nous avons également travaillé à partir d’un serious game (un magasin virtuel) où il fallait conseiller un client et répondre à ses besoins. Enfin, trois personnes travaillant dans la vente sont venues nous présenter leur parcours et leur passion pour leur profession.

Je n’avais jamais fait d’immersion, et effectivement ce format de stage m’a beaucoup plu car il m’a permis de découvrir le métier d’ECM (employé commercial en magasin), la formation menant à ce poste et de confirmer mon projet professionnel. Je souhaiterais suivre cette formation qui débutera en Mars à l’AFPA de Vénissieux.

Jenryck
article 1