Visite de l’entreprise Pierre Soral

Le 20 octobre 2015, dans le cadre des journées Portes Ouvertes  des entreprises organisées par la Chambre de Commerce et d’Industrie, nous avons visité et découvert l’entreprise de torréfaction « Cafés Pierre SORAL » qui se situe Cours Romestang à Vienne. Cette visite a duré deux heures.

IMAG0518

Dans un premier temps, Pierre SAGNARD, le responsable, nous a parlé de l’histoire du café, ses origines et ses transformations. Les principaux pays cultivant du café sont : le Brésil, le Vietnam et l’Ethiopie. Ces pays se situent tous entre le tropique du cancer et le tropique du capricorne, la partie du monde où il fait le plus chaud. Ces pays exportent dans le monde entier.

Dans un second temps, il nous a expliqué comment le café était cultivé. Les grains de café sont cueillis dans des champs, qui s’étalent sur plusieurs hectares. Ils sont issus de la plante, le caféier. Quand le fruit arrive à maturité, il est semblable à une cerise, par sa couleur. Il est cueilli seulement quand il arrive à maturité. Sur la plante, les fruits n’arrivent pas à maturité en même temps bien qu’ils soient issus du même fruit. C’est pourquoi il y a plusieurs récoltes par an.

Les deux sortes de café les plus répandues sont le Moka qui vient d’Ethiopie et l’Arabica qui vient du Brésil.

Dans un troisième temps, le responsable nous a parlé du métier de torréfacteur. Quand le café est exporté, il subit de multiples transformations, comme par exemple, la torréfaction. C’est le fait de cuire les grains de café pour ensuite le faire devenir un produit consommable. Selon le temps de cuisson et la variété des grains, le café peut être doux ou corsé.

IMAG0519

Le café est cultivé dans des pays où le coût de la main d’œuvre est moindre ; s’il était cultivé en France, il serait tellement onéreux que ce serait un produit de luxe !

Pour devenir torréfacteur, aucun diplôme n’existe encore. Cependant, la connaissance du café et de ses origines sont des atouts pour être expert. Il faut avoir du temps, de la patience et la passion pour le café !

En France, il y a seulement 900 torréfacteurs, c’est peu. Ce métier perdurera car le café est consommé partout dans le monde et sa culture est immense !

Pour conclure, j’ai trouvé cette visite très intéressante car j’ai appris beaucoup de choses sur le café et je sais maintenant d’où il vient. Comme j’aime beaucoup le café, la dégustation de trois cafés différents, du plus doux au plus corsé, m’a plu.

            Gül A.

Les commentaires sont fermés.