Billet

Visite de la Maison Jouvenal

20190305_102333La maison Jouvenal est une entreprise familiale de pâtisserie et de chocolaterie qui date de 1912, située à la Côte Saint André.

L’équipe est composée de 20 personnes dont : 4 cogérants, 5 apprentis et 11 salariés.20190305_110541

En pâtisserie, ils font beaucoup de gâteaux sucrés, mais aussi salés. Et en chocolaterie, ils préparent entre autres beaucoup de chocolats pour Noël et Pâques. Ils préparent tous les chocolats qu’ils stockent à 17° dans des chambres froides. Le chocolat peut avoir un aspect brillant grâce à une machine qui le chauffe à 50° et qui le descend en température avant de le remonter à 31°, puis ils ont juste à passer le gâteau sous le chocolat pour qu’il en soit recouvert. Puis une des vendeuses trouve des idées pour la décoration des boites de chocolats selon le thème qui a été choisi.

Impression sur cette visite : La visite était intéressante, nous avons appris beaucoup de choses sur la fabrication des chocolats.

20190305_103936                Charline et Bélinda  20190305_102928

Billet

Visite de l’association RIVHAJ

rivhaj_logo_petit

Mercredi 06 Février, nous sommes allés à RIVHAJ où nous avons fait un jeu de société sur le logement. Le but du jeu est de savoir gérer son budget.
Il y a plusieurs sortes de familles (famille monoparentale, famille parents enfants..). Le jeu se joue en équipe. Sur le plateau se situent plusieurs cases :dav

tonpere

La case ? -> La personne qui nous a accueillis nous posait des questions sur les logements, si nous répondions juste, nous avions le droit à une petite carte avec un meuble pour le mobilier de notre appartement.

La case ! -> Celle-ci est une carte imprévue, c’est-à-dire que soit on devait payer quelque chose soit nous gagnions de l’argent.
Sur le plateau entre les cases se situaient des mots comme : loisirs, transport, courses, impôt…
Sur notre carte de famille était écrit le montant du loyer, des transports, des courses…

Nous avons trouvé le jeu très intéressant et nous avons appris beaucoup de choses.

burst burst Manon et Thibaut

Billet

Visite des Caves de la Chartreuse

Jeudi 24 janvier 2019, nous étions 9 stagiaires à visiter les Caves de la Chartreuse, accompagnés par nos référentes Isaura et Céline.

Les Caves de la Chartreuse se situent à Voiron.

Notre guide, Sophie, nous a fait la visite des Caves de la Chartreuse et nous a raconté toute l’histoire de la liqueur de Chartreuse, ce breuvage plusieurs fois centenaire. La liqueur, fabriquée par les Pères Chartreux, existe depuis plus de 400 ans.  Elle a su traverser toutes les péripéties de l’histoire, avec toujours la même volonté de perpétuer l’héritage dont sont dépositaires les Chartreux. Actuellement, 70 personnes travaillent dans l’entreprise, et ils ne sont que 2 moines à connaître la recette des liqueurs de Chartreuse. Pour fabriquer les liqueurs de Chartreuse, il faut 130 plantes, écorces, graines et épices qui viennent de France et de l’étranger. Les Français sont les plus grands consommateurs de Chartreuse.

L’histoire de la liqueur commence en 1605 au Monastère de Vauvert à Paris. Toutes les productions se faisaient au Monastère de la Grande Chartreuse entre 1737 et 1860. A ce jour c’est leur 7ème distillerie qui se situe à Aiguenoire. Avant la distillerie se situait à Voiron, ils ont dû déménager la distillerie à cause du renforcement des normes ICPE qui encadrent les entreprises produisant de l’alcool. Actuellement à Voiron, il reste les Caves de la Chartreuse, qu’on peut toujours visiter, et la boutique. C’est à Voiron que se trouve la plus longue cave à liqueur au monde où sont stockés de grands tonneaux de Chartreuse pour la faire vieillir.

Chez Chartreuse Diffusion, on ne cherche pas à faire parler ni à doubler la production mais à travailler dans la durée pour exister encore dans 400 ans et continuer à produire la meilleure liqueur au monde.

Il y a 4 grandes valeurs sur lesquelles se reposent les Liqueurs Chartreuse : partager, servir, être différent, être authentique.

Nous avons bien aimé cette visite des Caves de la Chartreuse. Nous avons été très bien reçus par Sophie et Eléana. Elles ont pris le temps de nous expliquer clairement l’histoire mais aussi les missions de leur travail.

Nous les remercions chaleureusement d’avoir pris du temps pour nous et de nous avoir laissé filmer pour notre projet « Je filme le métier qui me plaît ».

IMG_9153

Laura & Angie

Billet

Visite de l’entreprise Décomatic

20181214_093907En décembre 2018, les stagiaires de l’E2C de Vienne sont allés à la Verpillière pour visiter DECOMATIC, une grande entreprise familiale, créée en 1956. Dans cette entreprise, un de nos stagiaires avait déjà fait un stage.
Le chef d’entreprise nous a expliqué les différentes activités :
1 L’infographie
2 L’imprimerie
3 La mise en forme des manchons
4 Les livraisons

L’entreprise produit toutes sortes de manchons:
1 Manchons de bidons
2 Manchons de cagettes
3 Manchons de bouteilles de gaz
4 Pochettes médicales
5 Notices de sécurité

Il y a différents rouleaux avec des pochoirs qui permettent de fabriquer les manchons et les pochettes. Les salariés ne mélangent pas toutes les couleurs tout de suite, ils appliquent couleur après couleur.
Il y a 115 salariés qui travaillent à DECOMATIC , dont 45% de femmes, c’est donc un métier mixte. Cette entreprise est aussi accessible aux personnes handicapées. C’est aussi une entreprise où on travaille en trois-huit: les salariés sont obligés de travailler de nuit car les machines mettent beaucoup de temps à s’arrêter et à s’allumer.

DECOMATIC vend ses produits un peu partout dans le monde: Angleterre, Allemagne, Suisse, Canada, États-Unis, Japon, Australie et Mexique.

Le chef de l’entreprise nous a très bien accueillis et nous a même offert un petit cadeau après la visite. C’était une grande expérience car nous avons découvert différents métiers de l’industrie.

Jessica, Laura A.

Billet

Visite de la Distillerie des Liqueurs Chartreuse

Mardi 15 Janvier 2019, nous étions 7 stagiaires à visiter la Distillerie des Liqueurs Chartreuse, accompagnés par notre référente Isaura.

Cela se situe à Aiguenoire, sur la commune d’Entre-Deux-Guiers. Ce sont des locaux récents, inaugurés le 30 Août 2018. Nous avons été reçus par Bertrand De Nève, directeur de la distillerie, dans leur nouvelle salle de réunion.

Le but de cette visite était de voir quel métier nous allons présenter au concours « Je filme le métier qui me plaît ». C’est un concours national qui consiste à réaliser collectivement une vidéo sur un métier de notre choix, de le filmer, et de faire le montage.  Ensuite on envoie notre travail à un jury, puis suivant les résultats on va à Paris pour la cérémonie de remise des prix. Notre sujet de vidéo sera sur un métier des Liqueurs Chartreuse, entreprise qui représente notre région.

Nous nous sommes présentés, ainsi que notre projet, puis nous avons commencé la visite.

Elle a débuté avec la salle de contrôle où se trouvent les ordinateurs, un appareil d’analyse pour mesurer voire réduire le degré d’alcool.

Monsieur De Nève a poursuivi par le reste du bâtiment, où ils entreposent les sacs qui contiennent les 130 plantes, épices et écorces que contient la Chartreuse, nous avons d’ailleurs eu la chance d’en sentir une poignée. Il y a aussi des alambics, et des cuves de stockage pour faire vieillir la liqueur. En vieillissant, sa couleur change.

Dans un entrepôt, nous avons vu les tonneliers (qui viennent d’une entreprise de Cognac) remonter le dernier tonneau de Voiron qui avait 50 ans, ainsi que les métalliers.

 

Nous avons bien aimé cette visite d’entreprise, nous avons été très bien reçus par Monsieur De Nève.  Il a pris son temps pour nous expliquer clairement ce qui se passe dans la distillerie, on voyait qu’il était passionné par son métier que nous avons aimé découvrir.

Nous le remercions d’avoir pris du temps pour nous et de nous avoir laissé filmer.20190115_144720

Billet

Visite de la Sexpo le 18/12/2018

Nous sommes allées en sortie le mardi 18 décembre à Sexpo situé Montée Bon Accueil dans les locaux du lycée Agrotec à Seyssuel où étaient disposés en présentation les différents ateliers de présentation, il y’en avait sur les différents appareils génitaux, les maladies sexuellement transmissibles (sida, VIH, hépatite etc..), tableau des zones érogènes, démonstration pour mettre un préservatif masculin et féminin. Ainsi que diverses préventions
20181218_104834 liés à la sexualité. L’exposition s’adresse aux jeunes Rhônalpins âgés de 15 à 25 ans (collégiens, lycéens, apprentis, étudiants, en insertion..). Nous avons été reçus par Mme Claire qui fut notre guide ainsi que sa collègue.
Ce fut une visite pédagogique très intéressante, où nous sommes les premiers concernés par la prévention sur les maladies etc..

20181218_100756

Exif_JPEG_420

Billet

Courts métrages « Le Vrai du Faux »

médiatheque 1Le mardi 20 novembre 2018 nous sommes allés à l’auditorium « Le Trente » à Vienne où nous avons été conviés à regarder 5 courts métrages, d’une dizaine de minutes chacun. Après, nous avons fait un débat sur ce qu’on avait vu. Nous avons rencontré le médiateur d’images Stéphane Collin. Il nous a demandé de repérer la véritable vidéo et les 4 fausses.

Voici les 5 courts métrages:
The centrifuge brain project:
Ce court métrage parlait des manèges à sensations fortes, des manèges hors du commun, irréalisables et impossibles.
Le skate moderne:
Cette vidéo montrait des jeunes hommes qui font du skate et ils nous ont font ressentir à travers la vidéo que c’était en quelque sorte une passion. C’était un reportage, donc une vraie vidéo.
Samsung Galaxy :
C’est un court métrage qui parlait de l’entreprise Samsung; la dame qui présentait l’entreprise était contente au début, après elle disait qu’il y avait trop de désavantages. Elle était très indécise: c’était une fausse vidéo.
Jeunesses françaises :
C’est un court métrage qui évoquait la jeunesse française avec un conseiller d’orientation qui posait des questions aux élèves par rapport à leur avenir et leur donnait des conseils très « douteux ». C’était une fausse vidéo.
The girl chewing-gum :
C’était un court métrage qui parlait d’un film déjà réalisé et par-dessus un homme disait ce qui allait se passer à la manière d’un réalisateur de films, c’était une fausse vidéo.

Personnellement, je n’ai pas aimé car c’était trop long, je pense que si on avait fait les débats à la fin de chaque court métrage cela aurait été moins long. Certaines vidéos sont sur Youtube: allez les voir!                                                                                                                                                 Manon B.

skate moderne

Billet

A la rencontre de RaidLight.

Ce vendredi 15 novembre, nous étions une dizaine de jeunes de Grenoble et de Vienne à nous rendre à Saint Pierre de Chartreuse pour découvrir l’usine RaidLight, spécialisée depuis 1999 dans le matériel de trail, de randonnée et de course à pied.

Après une visite de la boutique, le responsable de la production nous a pris en charge et nous a montrés le lieu de fabrication des sacs de portage (ou d’hydratation) et des tee-shirts. Ces deux produits-phares de RaidLight se caractérisent par leur poids ultra-léger et la qualité des tissus.

D’où la signification de ce nom, RaidLight : « course légère ».

Ce sont des articles haut de gamme qui équipent des athlètes de haut niveau (Christophe Le Saux, Nathalie Mauclair) mais aussi des sportifs ordinaires en quête de qualité pour pratiquer leur discipline.

RaidLight fabrique aussi des chaussures, des gourdes, des bâtons de trail, et développe une large gamme textile.

Nous avons visité le pôle Recherche et Développement dans lequel sont élaborés les prototypes et futurs succès de la marque. Nous avons posé plein de questions car nous étions très curieux d’en savoir plus sur cette référence du sport de montagne.

Le site de Saint-Pierre de Chartreuse compte 8 employés. Celui de Saint Etienne de Saint Geoirs est plus gros.

Outre le fait que RaidLight accueille des stagiaires, il n’est pas nécessaire d’être diplômé pour entrer dans l’entreprise. Celle-ci forme sans problème ses employés, pour peu qu’ils soient volontaires et motivés.

C’était une belle visite. Nous avons rencontré des gens passionnés et disponibles, tout ceci dans un cadre exceptionnel, au cœur des montagnes de Chartreuse. C’était une chance car n’importe qui n’a pas l’opportunité de se glisser dans les coulisses de cette marque résolument outdoor.

Aminata, Kazerdine, Aldo et Etienne.

 

Photo 1 RL Photo 2 RL Photo 3 RL Photo 4 RL Photo 5 RL

Billet

Ciné montagne à Grenoble – 8-11-2018

20181109_081914

Dans le cadre du projet montagne, nous sommes allés à la 20ème édition des rencontres du cinéma de montagne au stade des Alpes à Grenoble.

On était 6 stagiaires de Voiron conduits par notre référente Isaura, Céline nous a rejoints sur place. Il y avait aussi des stagiaires de l’E2C de Grenoble.

Le premier film: Il racontait l’histoire de 8 femmes atteintes du cancer qui se sont donné un défi-montagne pour se surpasser. On a pu voir le groupe qui a été filmé parler de leurs ressentis. Le public a réagi à ce film, la personne qui m’a le plus touchée était une femme québécoise, qui venait de perdre sa mère d’un cancer. On entendait à sa voix que ce qu’elle venait de voir l’avait beaucoup émue.

Le second film: On nous a ensuite projeté un court métrage d’animation qui se nomme  » Via Cruxis « . Il racontait, avec un peu d’humour, la vie à deux quand on gravit une montagne.

Puis nous sommes passés au long métrage, nous n’avons pas pu le voir jusqu’à la fin, car c’était l’heure de repartir.

Le troisième (et dernier) film : Heureusement on a vu le début de  » La grande traversée des Alpes « . C’était une aventure qui consistait à traverser les Alpes du lac Léman jusqu’à la Méditerranée par les massifs montagneux. Il y avait des personnes assez jeunes, comme des personnes plus âgées. Ce film nous montrait les bons côtés de la montagne mais aussi ses dangers. Dans l’équipe se trouvait une danseuse, un clown, des ingénieurs (un à la retraire et le second actif), un médecin et bien sûr le guide.

Personnellement j’ai trouvé ça ludique et intéressant, j’ai bien aimé cette petite sortie malgré qu’on n’ait pas pu tout voir.

Angie.

Billet

Visite du PGHM au Versoud

IMG_8056 3

Mardi 6 novembre, dans le cadre du projet Montagne, avec 14 stagiaires de l’E2C Isère, nous sommes allé visiter le Peloton de Gendarmerie de Haute Montagne (PGHM) basé à l’aérodrome du Versoud.

 

Nous avons pu visiter les locaux où l’adjudant chef Mourlin nous a passé deux films montrant le métier de gendarme du PGHM et les tests extrêmes qu’ils passent pour y entrer. Nous nous sommes aussi approché de l’aérodrome, malheureusement nous n’avons pas pu voir l’hélicoptère car il était en intervention.

PGHM 3matos

Nous avons retenu de cette visite que c’est un métier avec beaucoup de risques en intervention. Pour être au PGHM, il faut avoir une très bonne condition physique, une excellente connaissance de la montagne, une formation de gendarme et enfin être secouriste. Le salaire d’un gendarme du PGHM est le même que celui d’un autre gendarme, ils n’ont pas de prime de risques et gagnent près de 1500€ en début de carrière et 3000€ en fin de carrière.

Il y a plusieurs années, à ses début, le PGHM du Versoud intervenait environ 300 fois par an. Leur activité a énormément augmenté avec la pratique de la montagne et les 2 dernières années ils ont dépassé les 900 interventions par an. Le secours en Montagne est gratuit pour les victimes en France, mais c’est très rare. C’est une grande chance car le secours en montagne est très coûteux: une heure d’hélicoptère coûte 8000€.
Nous tenons à remercier l’adjudant chef Mourlin ainsi que tout le PGHM pour leur très bon accueil.

groupe